media=hanouna

2016 n’a pas uniquement fait rimer médias avec Hanouna (ouf)

L’année des médias rime avec… Hanouna ? Malheureusement pour les fans, moins pour les détracteurs : pas seulement.

Grand chambardement chez Canal +, grille revisitée chez Europe 1, cure de jouvence pour France Télévisions, concurrence accrue pour les chaînes d’infos en continu, augmentation des tarifs publicitaires ont marqué cette année 2016.

Côté télé, cette année, les médias ont rivalisé d’effets d’annonce durant l’été pour agiter le traditionnel mercato et présenter leurs grilles.

Si C8, ex D8, a enregistré environ 36789 buzz autour de l’émission Touche pas à mon poste, c’est Canal + qui a changé. « Hémorragie », c’est le mot choisi par la rédaction du quotidien Le Monde pour qualifier ces bouleversements.

La chaîne, sous l’impulsion de Vincent Bolloré, a opté pour une stratégie 100% abonnés. Voulant les faire revenir en renforçant leur sentiment d’être des privilégiés, elle s’est séparée de quelques programmes incontournables et autres animateurs vedettes et a fait passer ses programmes en clair de 6h à 1h par jour.

Le Petit Journal est reparti de zéro, un chiffre qui s’approche de celui de son audience quand son remake, Quotidien, sur TMC (groupe TF1) rassemble plus d’1 million de téléspectateurs. Le Zapping a disparu de la chaîne, tout comme son créateur, viré pour faute lourde pour avoir déposé la marque à l’INPI alors qu’elle appartient au groupe. Que les aficionados se rassurent : selon l’Obs, le Zapping renaîtrait de ses cendres, sous un autre nom et sur une autre chaîne en quête d’une audience plus jeune : France 2.

C’est en effet une cure de jouvence que souhaite s’offrir le groupe France Télévisions. Les chaînes capitalisent sur des animateurs comme Thomas Thouroude aux commandes de Society, censé être la locomotive du prime time, quand le JT de 13h de France 3 est confié à Emilie Tran Nguyen, journaliste d’à peine 30 ans, symbole de fraîcheur et de diversité.

Que dire des chaînes d’infos en continu si ce n’est que la concurrence qui les animait au point d’aller, selon l’opinion publique, parfois trop loin (couverture des attentats), s’est renforcée par le passage en gratuit de LCI et la création d’une chaîne cohabilitée par France Info et France Télévisions. Dans ce contexte, après la guerre des images, c’est celle des visages qui fut ouverte. Yves Calvi recruté sur LCI et Jean-Marc Morandini au casting d’I-Télé. « Casting » qui, comme on le sait, est un choix de mot douteux le concernant… Lundi 14 novembre, les employés de la chaîne sont à leur trentième jour de grève et de mobilisation.

Dans tout ce tapage, le lancement de la chaîne BFM Paris est presque passé inaperçu. Dommage, elle est pourtant « la seule chaîne TV parisienne en direct », capable de vous informer en temps réel sur les transports notamment.

Autre actualité notable, à défaut d’avoir été notée : les 100 ans du Canard Enchaîné.

100 ans qu’il fait rire les Français et trembler les politiques ! Le Canard du mercredi est aujourd’hui encore tiré à 500 000 exemplaires. Et ouais.

Côté radio, rien de neuf sous le soleil (sauf si vous êtes à Paris et partout où il fait gris) : RTL reste la radio préférée des Français. Si elle n’a pas révolutionné sa grille, Europe 1 a fait le ménage ! Ciao Hanouna, bonjour Alessandra. Europe bonjour, titre de sa chronique, à Samuel Etienne, « je suis, je suis, je suis » (aussi) : le nouvel animateur de Questions pour un champion ! Enfin, la dame en rouge, Anne Roumanoff, virée à l’époque de la même radio, rappelons-le, est en roue libre, 30 minutes dès 12h tous les jours à l’antenne.

Dans les informations en vrac, on notera l’étude Cision qui nous apprend que 91% des journalistes consultent les réseaux sociaux. En travaillant dans les RP, on peut aussi vous assurer qu’à peu près ce même pourcentage privilégie mail et téléphone pour collaborer avec les RP.

Il est désormais possible d’acheter ses articles à l’unité : merci Articly, start-up française qui le permet.

Le Ministère de la Culture a annoncé de nouvelles aides à la presse et leur généralisation aux publications locales ainsi que la création d’un fonds de soutien pour « l’émergence et l’innovation », destiné aux « nouveaux médias d’information ». Le fonds distribuera des bourses d’un montant maximum de 50 000 euros « pour soutenir dès cette année la création de nouvelles entreprises de presse, version papier ou en ligne ». Il est doté de 2 millions d’euros en 2016, et davantage en 2017.

Evoquons les mesures prises par Facebook (changement d’algorithme) pour éviter le phénomène des pièges à clic, adoré par les médias, du type « vous ne devinerez jamais ce que cet homme à fait ».

Enfin, signalons que pour la première fois, en 2016, le digital est devenu le 1er support publicitaire avec 30% des investissements dans ces médias et que, effet collatéral ou non, les tarifs pour annoncer dans les médias plus traditionnels ont augmenté de 0,6%.

2016, année de la… parenthèse ? A suivre.

Caroline, plus fan de pandas que d’Hanouna