zoomtechcom

Aux armes, communicants !

Parler de guerre, quelle étrange idée pour un communicant … La présence récurrente de conflits dans l’histoire de l’humanité ne doit pas nous empêcher de réfléchir sur son sens et sur les raisons profondes qui nous poussent les uns et les autres à nous entredéchirer avec une régularité si déconcertante. En y regardant de plus près, la guerre telle qu’elle existe depuis que l’homme est a une fonction profondément sociale. Elle est une des formes de communication la plus primitive qui permet à différents groupes humains, qui ne se connaissent fondamentalement, pas de se lier, de partager et de communiquer.

 

Cette conscience malheureuse comme le dira Hegel permet de prendre acte du fait que les hommes n’ont jamais été aussi identiques dans leurs désirs comme dans leurs haines. Ils ne sont jamais aussi près de se réconcilier que lorsqu’ils se font la guerre.

L’homme est en quelque sorte attiré par les formes extrêmes de communication. La guerre, entendue comme conflit ouvert avec un autre, lui donne in fine la plus parfaite manière d’échanger et de se rapprocher.

 

Cette première lecture philosophique ne doit pas nous écarter de notre propos initial : celui de la communication. Nous sommes au travers de notre action quotidienne, celle de porter des discours, de construire des stratégies de visibilité, au cœur de cette dynamique d’échange. Les agences de communication sont en effet sans cesse engagées dans une conquête territoriale. Nos terrains de bataille sont ceux des médias, des réseaux sociaux et de l’influence. Chaque campagne que nous menons a pour objectif de donner aux entreprises et consortiums que nous accompagnons une visibilité optimale. Nous sommes guide et véhicule.

 

Il convient cependant de repenser notre modus operandi et d’enterrer un moment la hache de guerre, afin de réfléchir sur les nouvelles opportunités qui s’offrent à nous. Depuis peu, les nouveaux paradigmes du web nous donnent la possibilité de repenser notre action et d’utiliser de nouveaux leviers d’influence. Ces nouvelles règles sont basées sur l’explosion du partage, du sharing entre individus.

 

Communiquer efficacement ne doit plus être compris comme imposer un discours à son public. Prendre des parts de voix et gagner en influence signifie aujourd’hui créer des contenus, ouvrir de nouvelles voies de communication et ériger des ponts digitaux permettant au plus grand nombre de partager, d’échanger sur ce qu’ils sont, sur ce qu’ils aiment, sur ce qu’ils pensent.

 

Cette nouvelle dimension du partage numérique nous donne l’occasion de reconstruire notre métier. Désormais, nous nous devons de conseiller en amont de chaque mission. Nous écoutons les tendances et les besoins de vos cibles et auditoires avant d’engager nos actions. Nous délivrons alors avec vous les contenus les plus adaptés, les plus simples et les plus à même de devenir de nouvelles machines de guerre.

 

Cette approche suppose cependant de revenir aux fondamentaux. Nous ne pourrons être capables, en tant qu’agence de communication, de pousser les bons pions sur l’échiquier de la notoriété sans en amont être capable de connaître les aspirations et les attentes de vos publics. Cette étape préalable, basée sur la dotation d’outils de monitoring web et numérique de pointe, est la condition de votre victoire future. Nous y croyons et travaillons dans ce sens.

Sun Tzu dans l’Art de la Guerre ne disait-il pas au 5e siècle avant J-C …

« Qui connaît son ennemi comme il se connaît, en cent combats ne sera point défait. Qui se connaît mais ne connaît pas l’ennemi sera victorieux une fois sur deux. Qui ne connaît ni son ennemi ni lui-même est toujours en danger. »

 

Paul Gillet, Directeur Général Aressy RP