écouteurs

Génération Y : entreprises, il est temps de vous adapter !

La génération Y « sait que l’entreprise ne pourra pas lui promettre ce qu’elle a promis a ses parents, elle s’invente donc une autre destinée » disait Emmanuelle Duez, fondatrice de The Boson Projet, lors du Positive Economy forum en 2015. Des propos qui résument bien ce que cette génération fait en réponse à ce qu’on lui reproche : d’être impatiente, paresseuse, infidèle, exigeante, peu respectueuse de la hiérarchie.

En réalité, cette génération, que l’on désigne Y du fait de la forme des écouteurs vissés à ses oreilles, a grandi en constatant que tout est possible : voyager, entreprendre, faire rimer vie professionnelle avec flexibilité.

Aussi appelée « génération skies », contraction d’Easy jet et de Skype, elle a compris qu’elle pouvait opter facilement pour le freelancing ou l’auto-entrepreneuriat, pour des alternatives moins classiques à l’emploi, contrairement à ce que pouvaient faire ses parents.

Elle est loin d’être paresseuse cette génération puisqu’au contraire elle veut créer ses propres emplois, ses nouveaux modèles, plus en phase avec ce à quoi elle aspire : donner du sens à ce qu’elle fait. Pour elle, travailler ne rime pas avec nécessité mais avec épanouissement.

Elle a peur des étiquettes et il est vrai qu’en France, notre parcours, nos expériences professionnelles peuvent rapidement nous enfermer dans un domaine, un secteur. Alors que le digital bouleverse l’organisation même des entreprises et crée de nouveaux métiers, elle aspire à évoluer avec son temps, à accompagner ces évolutions et avoir d’autres perspectives que celles qu’on lui offre à un instant T. C’est d’ailleurs pour cela qu’on observe de plus en plus d’entreprises qui changent leur façon de manager, qui responsabilisent leurs équipes, qui mettent en place un système de turn-over interne sur les postes, qui créent leurs propres incubateurs pour accompagner (et garder !) leurs talents à faire aboutir leurs projets. On observe par ailleurs dans les médias le retour des sujets relatifs au bonheur en entreprise, à la flexibilité, au management bienveillant.

La génération Y est une opportunité pour les entreprises et il est fort à parier que celles qui la prennent pour une menace ne résistent pas longtemps face à sa détermination de bousculer les codes pour faire rimer vie professionnelle et vie privée. Pour apporter du sens à leur travail, pour apporter des solutions aux évolutions sociétales. « Cette jeunesse fait un pari : elle fait passer le pourquoi avant le comment, la flexibilité avant la sécurité, l’exemplarité avant le statutaire, l’ambition de s’accomplir avant celle de réussir ».

Il faut peut-être être moins dur avec elle et cesser de l’accuser d’être à la fois peu respectueuse de la hiérarchie et trop confiante.

L’entreprise telle qu’elle est aujourd’hui ne lui correspond pas. Elle cherche un idéal, elle le poursuit et se donne le moyen de l’atteindre. Peut-on alors vraiment lui reprocher de travailler dur pour faire changer les choses voire même, en témoignent les nombreuses innovations de jeunes startupeurs français, de changer le monde ?

Caroline, jeune mais motivée.