Intelligence artificielle

Intelligence artificielle : la meilleure ou la pire des choses qui soit jamais arrivée à l’Humanité ?

L’intelligence artificielle était sur toutes les lèvres en cette année 2016. En effet, 2016 marque l’avènement de cette discipline scientifique dont l’impact sur l’avenir excite tout autant qu’elle inquiète l’Humanité.

En mars dernier, l’intelligence artificielle a fait un bond en avant qui a fasciné le monde entier : pour la première fois, AlphaGo, une intelligence artificielle développée par le géant Google, a battu à plate couture (4-1) un des meilleurs joueurs de Go au monde, Lee Sedol, d’origine coréenne.

Mais tout d’abord, qu’est-ce le Go ?

Une rumeur prétend que c’est le jeu le plus vieux au monde. Les premières références au jeu remontent entre 722 et 481 av J.C. Solidement ancré dans la culture asiatique, le jeu de Go oppose deux adversaires qui placent tour à tour des pierres, noires ou blanches, sur un goban, un plateau carré et divisé par des intersections.

L’objectif des joueurs est de contrôler le jeu en y construisant des territoires et en gagnant des prisonniers. Les règles paraissent simplissimes, et pourtant, c’est un jeu de stratégie assez abstrait pour tous ceux qui ne sont pas mordus de mathématiques. En effet, le nombre de positions possibles est incroyablement vaste. D’après Denis Hassabis, le fondateur de DeepMind, la start-up rachetée par Google, il y en a 1… avec 170 zéros derrière ! A titre comparatif, on estime que l’univers connu est composé de « seulement » 80 zéros derrière le 1… De quoi se poser la question à deux fois avant de poser une pierre sur le goban !

AlphaGo, l’intelligence artificielle made in Google

En mars, AlphaGo était testé par Google sur un des meilleurs joueurs du monde, Lee Sedol. Dès la 1ère manche, il prend la main, domine son adversaire et impose son jeu. Le monde entier est surpris, voire épouvanté : une machine serait donc capable de battre le champion légendaire, qui règne sur la discipline depuis plus de 15 ans ?

AlphaGo, conçu spécialement pour jouer au Go, est une machine alerte, alliant plusieurs formes d’intelligence artificielle. L’ordinateur est capable d’attribuer à chaque coup possible une probabilité, et de déterminer les plus susceptibles de conduire à la victoire. Il utilise le Deep Learning, et imite ainsi le fonctionnement du cerveau humain capable de traiter plusieurs informations en même temps et d’en déduire une conclusion. Plus surprenant encore, l’ordinateur est capable de jouer contre lui-même, afin d’apprendre de ses échecs et de ses victoires.

Lee Sedol a conclu l’issue de ce match par un joli message qui a su réconforter les plus méfiants : « « Nous ne pouvons et ne devons pas abandonner la capacité de l’esprit humain d’être intelligent de façon créative. »

Ce match très médiatisé aura au moins su convaincre les deux camps (les aficionados du Go autant que les férus de sciences) qu’une nouvelle ère s’ouvrait. En revanche, ce développement effréné de l’intelligence artificielle amène de nombreuses inquiétudes. Si les ordinateurs sont capables de battre l’Homme aux échecs et au jeu de Go, peut-on craindre qu’à l’avenir l’Humain soit très rapidement laissé sur le banc de touche ?

J’ai l’espoir au moins que, derrière chaque projet d’intelligence artificielle, un scientifique ait l’intelligence de se poser la question : « Qu’est-ce qu’il se passe, si… ça émerge ? » Personnellement, je n’ai toujours pas mis de côté cette vieille utopie de la voiture volante ! Google, je compte sur toi pour 2017 !

Kate, NéoGophyte en désarroi